wp1f64627c.png
wpa0baa23e.gif
wpe9143178.png
wpedab4848.png
wp1e2da4b2.png
wp0145feba.png
wpae956abf.png

BEWEGING EX-MOSLIMS VAN BELGIË - MOUVEMENT DES EX-MUSULMANS DE BELGIQUE


Le rideau de fumée islamique : Nulle contrainte en religion
Le verset 2.256 du Coran est utilisé très fréquemment en Belgique. À diverses occasions, notamment lors du débat sur le voile. "L'un des thèmes majeurs de l'Islam est qu'il n'impose aucune contrainte". Chaque femme serait donc entièrement libre de décider elle-même. Ce verset tendrait à « prouver » que l'Islam est une religion ouverte et modérée. Mais dans quelle mesure, cela on ne le dit pas. Et personne ne pose de questions critiques.

On ne peut pas s’imaginer qu'un bon musulman fasse ce qu'il veule sans se préoccuper des milliers de règles qui doivent régir sa vie quotidienne. Que peut dès lors signifier "nulle contrainte"? Et pourquoi ce même verset est-il si peu utilisé dans les pays islamiques? Pourquoi n'est-il pas appliqué en Arabie Saoudite, où la police religieuse est omniprésente et surveille attentivement, voire corrige, le comportement des croyants? Lisez la suite, vous apprendrez pourquoi.

Nous citons le verset dans son intégralité :

2.256. Nulle contrainte en religion! Car le bon chemin s'est distingué de l'égarement. Donc, quiconque mécroit au Rebelle tandis qu'il croit en Allah saisit l'anse la plus solide, qui ne peut se briser. Et Allah est Audient et Omniscient.

Le verset suivant définit déjà plus clairement les limites de ce "nulle contrainte" :

2.257. Allah est le défenseur de ceux qui ont la foi : Il les fait sortir des ténèbres à la lumière. Quant à ceux qui ne croient pas, ils ont pour défenseurs les Tagut, qui les font sortir de la lumière aux ténèbres. Voilà les gens du Feu, où ils demeurent éternellement.

Ne pas croire en Dieu n'est donc pas envisageable. Sauf si "nulle contrainte" signifie que l'on a la liberté soit de croire, soit de rejoindre les non-croyants et d'aller en enfer. La menace de l’enfer est un thème récurrent dans le Coran. Les infidèles sont menacés plus de 100 fois de brûler en enfer, selon des formulations les plus diverses.

On répète également à l’envi qu'il faille obéissance à Allah et à Mahomet. Cela signifie suivre les règles fixées par Allah dans le Coran et Mahomet dans les Hadith (les traditions). Le verset 33.36 du Coran dit que le fidèle n'a pas le choix. Il faut donc suivre toutes les règles, y compris celles du port du voile.

Cela devient tout à fait clair lorsque nous examinons le contexte dans lequel le verset 2.256 a été révélé. Voyez le Hadith 14.2676 d’Abu Dawood:

Abdullah ibn Abbas a relaté: Lorsque les enfants d'une femme (à l'époque précédant l'Islam) ne survivaient pas, elle se faisait le serment que si un de ses enfants survivait, elle le mènerait au judaïsme. Lorsque les Banu an-Nadir [une tribu juive de Médine] furent déportés d'Arabie [par Mahomet], il y avait plusieurs enfants des Ansar [les gens de Médine qui s'étaient convertis à l'Islam]. Ils déclarèrent : Nous n'abandonnerons pas nos enfants. Alors Allah, le Glorieux, révéla : "Il n'y a nulle contrainte en religion. Le droit chemin se distingue de l'égarement."

Dans le commentaire coranique d'Ibn Kathir, cela est interprété (dans le lien suivant) comme : "On ne peut obliger personne à devenir musulman". C'est également confirmé dans l'un des ultimes chapitres révélés du Coran, le chapitre 9, verset 29. Il précise que les juifs et les chrétiens doivent se soumettre à l'autorité islamique et payer une taxe spéciale, la jizya, afin de conserver leur religion. Mais au même chapitre, le verset 5 affirme que cela ne vaut pas pour les fidèles d'autres religions : ceux-ci n'ont d'autre choix que de se convertir à l'Islam ou de mourir.

Il en va toujours de même dans les livres de loi islamique au 21e siècle, comme "Reliance of the Traveller" de l'école Shafi'ite. Dans le chapitre sur le Djihad, on parle de comportement à adopter envers les juifs et les chrétiens, et les fidèles d'autres religions.

Il faut heureusement préciser qu'au moins une autre école islamique, Hanafi, traite tous les non-musulmans de façon identique en leur laissant la possibilité de se convertir à l'Islam ou d'accepter l'autorité islamique moyennant le paiement de la taxe spécifique précitée, la jizya.

CONCLUSION
"Nulle contrainte en religion" NE signifie évidemment pas ce que l'on affirme généralement, en l'occurrence qu'une personne musulmane a le droit de faire ce qu'elle veut, et encore moins qu'elle serait libre de changer de religion. Car au sujet des apostats de l'Islam, Mahomet a déclaré : "Quiconque quitte sa religion, exécutez-le" (Bukhari 9.84.57). Lisez aussi notre page sur l’apostasie dans l’Islam sur notre site.

"Nulle contrainte en religion" signifie en fait que les juifs et les chrétiens ne peuvent être forcés de se convertir à l'Islam. Ils n'obéissent ni à Allah, ni à Mahomet, et sont donc promis à l'enfer. C'est leur choix, il est libre, mais ils sont prévenus.



ETUDE DE L’ISLAM